vendredi 17 août 2018
Kiosque

L’impact des réseaux sociaux sur l’information santé, dépêche

Dépêche, 14 mars 2018


« Avec les réseaux sociaux, nous avons tous notre quart d'heure d'expertise pour le meilleur et pour le pire ». Mario di Palma, chef du département ambulatoire Gustave Roussy, à Villejuif, donne ici le « la ». Les réseaux sociaux permettent en effet une prise de parole, quel que soit son niveau de compétence et/ou de connaissances, sur un sujet, notamment celui de la santé.
Voir l'interview > ICI

« Outre la véracité des propos diffusés, leur vitesse de diffusion à travers les réseaux sociaux est phénoménale pouvant avoir des répercussions bénéfiques comme catastrophiques auprès du grand public, notamment lorsqu'il s'agit d'informations approximatives ou erronées touchant à la santé publique », indique Stéphanie Chevrel, fondateur de l'Observatoire de l'Information Santé.
Voir l'interview > ICI

Romain Badouard, maître de conférences à l'Université de Cergy-Pontoise, rappelle, lors de la Conférence des Présidents d'Universités, que « les fausses informations les plus partagées sur les réseaux sociaux concernent le domaine de la santé. Un phénomène qui s'explique certainement par le fait qu'il est socialement mieux accepté de partager de fausses informations exprimant une défiance vis-à-vis des institutions de santé que de fausses informations, par exemple, politiques. »
Voir l'interview >ICI 

Alors comment composer avec ces formidables outils de liaison et de communication que sont les réseaux sociaux avec une information santé de qualité ? Comment faire le tri parmi cette profusion de données ? Quelle attitude adoptée lorsque nous sommes de simples profanes ? Pour le Pr Jean-Pierre Olié, membre de l'Académie Nationale de Médecine, « le grand public doit être accompagné d'un soignant, d'un professionnel de santé car avec Internet, les personnes peuvent soit améliorer leurs connaissances sur la maladie, soit être envahies par une pathologie hypochondriaque préexistante qui va alimenter leur pathologie. »
Voir l'interview > ICI

Des soignants qui sont malheureusement « silencieux sur les réseaux sociaux » comme le déplore Gérard Berry, professeur au collège de France. 
Voir l'interview > ICI

Interviews réalisées par Press Tv News - Acteurs de Santé pour l'Observatoire de l'Information Santé, fondé par Stéphanie Chevrel, DG de l'agence RP santé, Capital Image, et soutenu par la Chaire Santé de Sciences Po.