mardi 24 avril 2018
Journalisme

Une Villa Albert Camus dédiée au journalisme francophone

Nous comptons de nombreuses écoles de journalisme et des médias mais aucun lieu entre les deux rives de la Méditerranée qui rassemble les journalistes pour faire de la résidence et permettre la gestion des fonds des oeuvres, la démonstration des projets, à l’instar des Villas Médicis, Gillet ou Noailles pour les arts, la culture, la littérature, la photo...

Catherine Camus a donné son autorisation
Catherine Camus a donné son autorisation pour que le nom de son père puisse être utilisé. Albert Camus symbolise à la fois une exigence dans le journalisme, une exigence d’indépendance, une rigueur morale. Il était un amoureux de la francophonie, « la langue française est ma patrie ». Nous avons trouvé qu’il incarnait parfaitement ce projet de dialogue entre les deux rives de la Méditerranée.

Un lieu symbolique qui permette de rassembler toute la profession
La Bibliothèque nationale de France (BNF) nous a confirmé son intérêt pour ce projet, ce qui pour nous est majeur, pour le structurer. Il pourrait être présenté aux prochaines Assises, et pourquoi pas, associé à un lieu symbolique qui permette de rassembler toute la profession autour de ses valeurs.

Interview réalisée lors des Assises Internationales du Journalisme de Tours, 2018